Contactez-Nous

 

Une question, un doute, une suggestion ? Nous sommes à votre écoute.

N'hesitez-plus. Nous serons ravis d'avoir de vos nouvelles et essaierons de vous répondre dans les meilleurs délais.

 

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Blog

Une bouteille biodégradable en Agar-Agar, une algue marine

charlotte woivre

Face à la déferlante d’emballages plastique qui peuplent maintenant l’océan et forment même un continent, Ari Jónsson, un jeune étudiant islandais en design, a eu l’idée de concevoir une bouteille biodégradable à partir d'agar-agar : un produit de la mer ! Une manière ludique et innovante de boucler la boucle !

bouteille

 

L'agar-agar, qu'est ce que c'est ? Ce composé est l’un de ces « nouveaux » aliments santé/tendance qu’il fait bon utiliser pour être dans le vent. On l'utilise aussi – surtout – pour cuisiner sain et léger. On en parle régulièrement dans les méthodes minceurs et autre régimes bio-vegan, mais finalement, on se demande tout de même : mais de quoi s'agit-t-il ? D’ailleurs, pour tout vous dire, au départ ce n’est pas grande chose : juste une algue. Rouge et visqueuse. Moyennement palpitante ! Mais quand on la réduit en poudre (inodore et sans saveur) et qu’on l’intègre à une préparation, elle la gélifie (comme la gélatine, donc, mais version végé).

Nouveau ? Pas pour les japonais, qui l’ont découvert au XVIIe siècle. Avec quasiment zéro calorie mais une grande richesse en minéraux, sa texture mucilagineuse favorise l’élimination des toxines et la digestion. Les japonais le savent et en glissent souvent une cuillerée dans leur tasse de thé matinale. En Occident, en revanche, on s’y intéresse surtout pour ses propriétés gélifiantes. Disponible dans les magasins d’alimentation bio, il remplace avantageusement la gélatine dans les recettes de gelées, de bavarois, à la place des œufs dans les flans, ou encore pour diminuer la quantité de sucre dans les confitures.

bouteille

En partant de cette propriété intéressante, le jeune Ari a eu l'idée de créer un objet du quotidien fort intéressant : une bouteille biodégradable ! Etudiant à l’académie des Arts de Reykjavik en Islande, sensibilisé à l’écologie et passionné par la création, il a voulu trouver une solution au problème récurrent de nos déchets plastiques dont le processus de dégradation est beaucoup trop long pour être durable. 

 

Cette bouteille, fabriquée à partir d’agar-agar issu des algues, se solidifie une fois pleine et se décompose une fois vide. Tout simplement !

Ari Jonsson a obtenu sa bouteille en chauffant de l’agar-agar gélifié et en le plaçant dans un moule qui permet d'obtenir la forme souhaitée. Le moule en question est mis au congélateur au préalable. Après quelques instants, la bouteille d'agar-agar solide peut être sortie du moule après un petit bain d’eau glacée.

Résultat : on obtient une bouteille plastique saine et biodégradable. L'étudiant a testé de nombreux matériaux, évalué leurs forces et leurs faiblesses pour finalement choisir l'agar-agar, pas du tout par hasard. Il possède une caractéristique majeur : la bouteille ne demeure solide que tant qu’elle est pleine. En effet, une fois vide, elle commence à se décomposer rapidement. La caractéristique la plus intéressante, à savoir sa biodégradabilité rapide, implique quelques contraintes pour ceux qui désireraient transporter la bouteille vide. Cependant, pour les boissons que l’on consomme vite, d’une traite par exemple, cela s’avère être une qualité hors du commun pour un usage unique et rapide.

Autre particularité, si l’eau n’est consommée qu’après un certain temps, elle prend graduellement la saveur naturelle de la bouteille. Ari Jónsson indique également que l’eau présente dans la bouteille pourrait, dans le cas où elle n’est pas consommée tout de suite après remplissage, se gorger d'un petit gout salé rappelant l'air marin.

Peut-être avons nous là une solution pour remplacer les bouteilles plastiques, mais les industriels vont-ils vraiment s’y intéresser ? Pour le moment pas encore. Bon nombre de tests et d'améliorations seront nécessaires afin de répondre à ses petites imperfections. Cependant, avec son invention prometteuse, Ari Jónsson se taille la place du lion dans la lignée de ceux qui réfléchissent à des contenants durables et respectueux de l’environnement. À l’instar de la PME à Saint-Malo, qui fabrique une matière rigide - style plastique - à partir de déchets d’algues brunes, ou du collectif londonien Skipping Rocks Lab, qui a créé le concept "Ooho !", un contenant pour boire qui se mange ! Mais ceci est une autre histoire...